Exposition De Printemps De Brum'art Hommage À Gustave Stoskopf à Brumath du 8 au 17 mars 2019

Du

8 vendredi mars 2019

au

17 dimanche mars 2019

14h00

Espace " La Fibule " Cour Du Château (7 Rue Jacques Kablé)

Prix: Gratuit

Zoom sur l'artiste

Plus d'infos sur l'Exposition De Printemps De Brum'art Hommage À Gustave Stoskopf à Brumath

1869-2019. Il y a 150 ans naissait à Brumath Gustave Stoskopf. Brum'art a décidé de lui dédier son exposition de printemps.

Gustave Stoskopf a marqué de sa forte personnalité les activités artistiques et littéraires en Alsace durant un demi siècle.

Un peu d'histoire.....

Les parents de Gustave Stoskopf habitent à Brumath. C'est là qu'il naît le 8 juillet 1869. Son père y exploite une tannerie artisanale. En 1872, les familles allemandes Adler et Oppenheimer s'installent à Strasbourg et elles vont introduire le tannage aux sels de chrome. Ce procédé industriel allait complètement ruiner les petites tanneries rurales parce que, en quelques jours, la peau était transformée en cuir alors que traditionnellement, dans les fosses, il fallait laisser agir la peau avec l'écorce de chêne pendant plusieurs mois. Les tanneries artisanales étaient plus ou moins condamnées, elles perdent des clients, il leur reste l'industrie du luxe comme seul débouché.

Malgré ce contexte économique difficile, le père de Gustave Stoskopf aurait bien aimé que son fils prenne la suite de l'entreprise familiale, mais le jeune Gustave est passionné de dessin, de théâtre et de littérature. Une amie de la famille propose de montrer ses premiers dessins au peintre Louis Frédéric Schützenberger, qui séjourne durant l'été 1886 à Weyersheim. "On dirait un Holbein" s'exclame t-il en voyant un de ces dessins et il encourage les parents du jeune Gustave à le laisser se former à la peinture.

Gustave Stoskopf part à Paris à 18 ans. Il y séjourne de 1887 à 1991. Il y fréquente d'abord pendant une année l'académie Colarossi, puis pendant 3 ans l'académie Julian. En 1992 il poursuit sa formation par une année à Munich, il y découvre la technique du paysage et une peinture plus impressionniste. En 1893, il expose au Salon des artistes français à Paris avec un certain succès 2 tableaux: « le champs de choux par temps de pluie » qu'il a peint à Munich (ce tableau est conservé au Musée d'Art Moderne de Strasbourg) et « femme en prière » (conservé au Musée de Fribourg). Mais en 1894, il essuie un échec avec « le joueur de cartes », beau tableau mais qui n'est pas retenu pour le Salon, il rentre en Alsace où il rencontre d'autres artistes Marzolf, Sattler, Laugel, Spindler,....

C'est à cette époque que sont fondés le Cercle de Saint Léonard et la Revue Alsacienne Illustrée ainsi qu'en 1905 le Musée Alsacien et la Maison d'Art Alsacienne. En 1909, la Strassburger Neue Zeitung, le premier grand journal alsacien est diffusé quotidiennement. La guerre de 1914-1918 mettra un coup d'arrêt à toutes ces activités.

Après le 1er conflit mondial, il reprend la peinture, car les autres activités déclinent.

Sans oublier les paysages, il refait des portraits de paysans alsaciens. Il peint sur du contre plaqué des têtes sur un fond sombre. Les modèles viennent à domicile. Déjà tout jeune, il dessinait des portraits. Il composait aussi des pièces de théâtre et ses copains payaient avec des boutons. Il avait ce rapport au théâtre. Ses tableaux sont très particuliers. Ses modèles sont des vieillards en costume alsacien qui attendent; il y a une sorte de temps suspendu, une civilisation qui disparaît. Il y a une volonté de revenir à une peinture primitive. Il peint les paysans comme on peignait à l'époque un prince ou un seigneur. Il sacralise ses modèles. Très souvent, il habille ces paysans de costume qui, déjà de son vivant, étaient en voie de disparition. C'était vouloir donner à ses modèles une dignité ancestrale que le monde contemporain avait tendance à leur enlever.

L'exposition de printemps de Brum'art fait partie des manifestations prévues en cette année anniversaire à Brumath.

Les artistes de Brum'art, par leur propre écriture, interprètent les thèmes chers à Gustave Stoskopf: les portraits, les paysages de bord de Zorn et la diversité des arbres de la forêt brumathoise, les scènes de théâtre, les images d'une Alsace colorée et heureuse, une interprétation en aucun cas ringarde, mais bien contemporaine.

Cette année, les artistes ont réinvité Paul Risch.

Une belle exposition de peintures, sculptures et photographies à découvrir.

La Fibule, cour du château, Brumath

Exposition du 8 au 17 mars 2019.

Ouvert tous les jours de 14h à 18h.

Vernissage jeudi 7 mars 2019 à partir de 19h30.