Spectacle Le père à Strasbourg du 7 au 14 octobre 2020

Du

7 mercredi octobre 2020

au

14 mercredi octobre 2020

16h00 • 20h00

Théâtre National de Strasbourg (TNS) Théâtre National de Strasbourg (TNS) Recevez par e-mail les nouvelles informations sur Le père.

Zoom sur l'artiste

Plus d'infos sur le spectacle Le père à Strasbourg

Le Père

« À ma première lecture du texte, j’ai eu le sentiment bouleversant que quelqu’un arrivait à dire extrêmement simplement des choses qui étaient en moi depuis plusieurs années. (...) Raconter l’échec, la difficulté d’une vie, ici celle d’un agriculteur, avec une puissance et une douceur infinies. Stéphanie Chaillou vient de la poésie contemporaine. On retrouve cela dans le texte, dont chaque chapitre est divisé en deux : d’abord la parole du père, qui livre un récit à peu près chronologique d« À ma première lecture du texte, j’ai eu le sentiment bouleversant que quelqu’un arrivait à dire extrêmement simplement des choses qui étaient en moi depuis plusieurs années. (...) Raconter l’échec, la difficulté d’une vie, ici celle d’un agriculteur, avec une puissance et une douceur infinies. Stéphanie Chaillou vient de la poésie contemporaine. On retrouve cela dans le texte, dont chaque chapitre est divisé en deux : d’abord la parole du père, qui livre un récit à peu près chronologique de son existence. Puis celle des enfants (les siens ? celui qu’il a été ?) qui listent sans hiérarchie des moments figés de leur enfance. » Julien Gosselin, juin 2015e son existence. Puis celle des enfants (les siens ? celui qu’il a été ?) qui listent sans hiérarchie des moments figés de leur enfance. » Julien Gosselin, juin 2015« À ma première lecture du texte, j’ai eu le sentiment bouleversant que quelqu’un arrivait à dire extrêmement simplement des choses qui étaient en moi depuis plusieurs années. (...) Raconter l’échec, la difficulté d’une vie, ici celle d’un agriculteur, avec une puissance et une douceur infinies. Stéphanie Chaillou vient de la poésie contemporaine. On retrouve cela dans le texte, dont chaque chapitre est divisé en deux : d’abord la parole du père, qui livre un récit à peu près chronologique de son existence. Puis celle des enfants (les siens ? celui qu’il a été ?) qui listent sans hiérarchie des moments figés de leur enfance. » Julien Gosselin, juin 2015

Site web : https://www.tns.fr/spectacles